Restauration d'une carde "fileuse" du début XIXème siècle

origine : Filature de Saurat en Ariège

Travaux effectués en 2005/2006


Enfin, ça y est ! Elle nous aura donné du fil à retordre. Mais la tenacité de Jeannot a porté ses fruits. Il est arrivé avec la complicité des membres de l'AMTPC à l'objectif que nous nous étions fixés : fabriquer du fil "floche" pour pouvoir alimenter le métier à filer. Les bobines de mèche provenant de la carde "repasseuse" sont installées sur le cantre de la fileuse, les mèches introduites dans les trous coniques de la planche d'entrée, il n'y a plus qu'à mettre en route les poulies du manège.

Le manège est mis en route et ...... ça marche. Les mèches sont avalées par les cylindres alimentaires. La matière est déposée sur le grand tambour, une série de travailleurs et de débourreurs (hérissons) vont carder les fibres. A la suite de la dernière paire de "hérissons", la matière est détachée du grand tambour par un cylindre qui tourne très vite (le volant) et elle est prise par le peigneur divisé.


Alimentation de la carde par rubans


Pour visualiser les vidéos, installer le lecteur gratuit "Quicktime"


Le peigneur divisé a coupé le voile en petites bandelettes. Ces dernières sont détachées par la rouleau contre-détacheur et passent entre les manchons (ou rota-frotteurs). A la sortie, les fils floches (ou boudins) formés passent entre le guide-fil et s'enroulent sur la canelle.

Vue sur la sortie de la carde


Les bandelettes de voile à leur sortie de l'appareil diviseur sont de section rectangulaire très réduite et, par suite, leur résistance à la rupture est absolument insuffisante pour permettre leur dévidage sur le métier à filer.
Pour donner aux fibres une cohésion suffisante, il faut les agglomérer entre elles par un roulage (ou massage), de façon à obtenir un boudin relativement solide qui pourra être bobiné sur la canelle et dévidé sans rupture sur le métier à filer.
Les manchons sont animés d'un double mouvement :
1 - rotation en sens inverse des deus manchons pour agir sur l'évacuation des mèches.


Entraînement des manchons frotteurs


2 - mouvement de translation alternatif, perpendiculaire au sens d'évacuation des mèches.
Ces deux mouvements tordent alternativement les mèches dans un sens puis dans l'autre, amalgamment les fibres entre elles, leur communiquent de la cohésion et les disposent sous une forme cylindrique.

Mouvement de translation des manchons


Commande des organes constitutifs de la carde.
D'un côté de la machine, l'arbre du grand tambour reçoit du manège la commande par poulie fixe et poulie folle (environ 350 mètres/minute).
La transmission du mouvement du tambour aux divers organes s'effectue par le biais d'une courroie de cuir pour les travailleurs et par une chaîne de type Vaucanson pour les débourreurs. Quant aux autres organes (alimentaires, rouletabosse, volant, peigneur, ...) ils sont entrainés par un train de roues dentées, les unes entraînant les autres.(principe meneur/mené). Leur diamètre et leur nombre de dents est défini pour ralentir ou accélérer la vitesse des différents organes.



Train de pignons


Engrenages


Retour en page "RESTAURATION"